Of América Quoted in France’s Le Monde About Honduran Coup

June 29, 2009

LeMonde.fr

This article from France’s Le Monde newspaper, quotes this site on the situation in Honduras. For those of you who read French, here you go:

Honduras : Obama amorce un changement de cap politique
LEMONDE.FR | 29.06.09 | 14h13

epuis 1983, et un coup d’Etat retentissant au Guatemala, l’Amérique centrale n’avait pas connu pareille crise politique. De ce point de vue, la destitution dimanche du président hondurien, Manuel Zelaya, par une junte militaire – et son exil forcé au Costa Rica – marque un nouveau tournant. En particulier pour l’administration américaine, désireuse de donner un nouvel élan à sa diplomatie et d’opérer une rupture manifeste avec l’ère Bush.

//

Barack Obama se savait d’autant plus attendu que les deux pays entretiennent de longue date une étroite collaboration sur le plan militaire, une “task force” (corps expéditionnaire) américaine étant basée non loin de la capitale hondurienne, Tegucigalpa. Sans aller jusqu’à condamner ouvertement le coup d’Etat perpétré contre M. Zelaya, comme l’a fait la communauté internationale, le président américain a tenu des propos mesurés, exprimant sa vive inquiétude et appelant tous les protagonistes “au respect des normes démocratiques, de l’Etat de droit et des principes de la charte démocratique interaméricaine“. “Toutes les tensions et tous les différends qui peuvent exister doivent être résolus pacifiquement par le biais du dialogue et sans ingérence extérieure”, a-t-il affirmé, alors même que le Honduras s’est associé à l’ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques, alliance politique de gauche). Des propos qui tranchent singulièrement avec ceux de son prédécesseur, George W. Bush.

Car, si sur la forme le verbe est prudent, sur le fond, c’est bien un changement de cap qui semble s’amorcer. En témoignent notamment la volonté de dialogue avec les militaires honduriens et les propos de l’ambassadeur américain à Tegucigalpa, opposé à toute reconnaissance d’un nouveau gouvernement sur place. Le New York Times s’en fait d’ailleurs l’écho lundi : “La condamnation rapide [d’Obama] offre un contraste saisissant avec la façon de faire de l’administration Bush”, souligne le quotidien américain, évoquant l’éphémère tentative de coup d’Etat contre le président vénézuélien Hugo Chavez en avril 2002 ; tentative “soutenue tacitement” par George W. Bush, comme l’ont révélé depuis des documents déclassifiés par la CIA.

Le Time partage cette analyse. Et va même plus loin, en invitant directement Barack Obama à ne pas reproduire les erreurs de son prédécesseur : “Le président Obama doit garder en mémoire combien le souvenir du coup d’Etat avorté de 2002 est encore prégnant en Amérique latine et combien beaucoup, dans la région, demeurent convaincus, non sans raison, que l’administration Bush l’a soutenu.” Pour l’hebdomadaire américain, pas de doute, la stratégie adoptée est la bonne, car elle est la seule à même de briser, ou du moins d’atténuer, la rhétorique “anti-Yankee”. “Son appel contre l’ingérence extérieure et au respect de la souveraineté nationale ce qui apparaissait comme trop souvent ignoré sous l’ère Bush est très subtil”, juge-t-il. “Les gouvernements de gauche d’Amérique latine attendent qu’Obama perde son sang-froid. Mais ce n’est pas le cas […]. Cela les désarçonne complètement”, confirme Michael Shifter, vice-président de l’Inter-American Dialogue (centre d’analyse politique) de Washington, cité par le Time.

Prendre des mesures rapides et ne pas laisser le doute s’installer, c’est aussi ce que recommande Roberto Lovato, éditorialiste reconnu aux Etats-Unis, dans une tribune intitulée “Obama must strongly and unequivocally condemn the coup in Honduras” (“Obama doit condamner fermement et sans équivoque le coup d’Etat au Honduras”). “Si le coup d’Etat représente une formidable occasion de forger de nouvelles relations avec les Amériques, le fait de ne pas le condamner rapidement et sans aucun doute possible nuira considérablement à […] l’image, déjà fragile, des Etats-Unis dans la région”, estime-t-il. Une image d’autant plus écornée, selon lui, qu’elle est encore teintée de soupçons d’implication dans des coups d’Etat en 2006… au Venezuela et en 2008 en Bolivie.

Aymeric Janier

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: